Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'AZIMUT ENDURO

Enduro 4 : Rocroi

27 Mai 2014 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2014

C'est par une journée ensoleillée que nous avons profité de ce magnifique enduro. Les Ardennes restent évidemment humides et nous n'avons pas échappé aux nombreux bourbiers ; néanmoins, rouler avec cette météo aura été un véritable plaisir.

Six azimutiens sont inscrits grâce à la nouvelle procédure sur motott.fr : Joël, Olivier, Philippe, Christophe, André et moi en ligue 2. Cette épreuve étant inscrite aux championnats nationaux de Belgique et de Suisse, nous avons côtoyé de nombreux nationaux durant la course. Verdict : ça va vite !

Comme chaque année, nombre d'adhérents de notre club jouent le rôle de marshalls. J'ai croisé Hubert, Jérôme et Marc ; Yvon et Greg étaient présents aussi.

Enduro 4 : Rocroi
Enduro 4 : Rocroi
Ligue 2 : Classement avant Rocroi-Ligue des Flandres

Ligue 2 : Classement avant Rocroi-Ligue des Flandres

Comme chaque année, l'organisation est rodée et les contrôles se déroulent dans une bonne ambiance. Nous passons un peu de temps à récupérer un pignon de sortie de boîte pour ma Sherco 300 4T ; il s'avérera être un pignon de 300 2T, différent évidemment. On ne cherche pas à comprendre et la course se fera avec un pignon émoussé.

Enduro 4 : Rocroi

Le repérage des spéciales est cette année "spécial" ! On coupe beaucoup les parties banderolées (plus encore Olivier qui souffre quand il marche trop !) et nous nous concentrons sur les difficultés et autres dangers. On fait quand même très fort sur la SP4 avec un repérage du départ (bascule, rondins, traverses, pneus) effectué en voiture !!! Pour le reste, ce sera de l'improvisation.

Les discussions vont bon train sur l'organisation de la course (ordre des CH, des spéciales) et surtout sur les points de ravitaillements. Nous arrivons à l'excellent gîte (5 rue d'Hersigny à Rocroi) réservé par Béatrice vers 19h30 sans avoir réellement tranché.

C'est enfin l'heure de l'apéro (il n'y a pas que des grands sportifs chez azimut).

Chez Françoise et Serge à Rocroi
Chez Françoise et Serge à RocroiChez Françoise et Serge à Rocroi

Chez Françoise et Serge à Rocroi

La soirée est évidemment sympathique et commence avec le sacre de Toulon, vainqueur pour la deuxième fois consécutivement de la coupe d'Europe. L'occasion de revoir Jérôme et son Hubert, marshalls comme chaque année, qui partagent leur repas avec nous. Les discussions vont bon train, notamment sur l'heure du lever, les ravitaillements, les élections européennes et l'avis tranché de Joël sur la question !

Après un repas copieux et quelques prunes, Christophe -pour le coup pas clair !- décide d'écouter les conseils des plus jeunes et notamment de "celui qui se croit toujours jeune avec ses cheveux en arrière" (SIC). Il va commettre une GROSSIERE ERREUR !

Serge, le patron, nous montre les photos de sa carrière moto : Goldwing, enduros, trial. Avec Philippe, nous regardons le Real remporter la coupe d'Europe devant l'Athletico.

Lever à 6h30, petit déjeuner copieux et préparation des ravitaillements.

Nous partons à 09h05 pour un CH1 de 1h15. Alors que Christophe peine à trouver son rythme, Joël le percute au premier stop. Plein d'humour, Joël avoue avoir eu un moment d'égarement.

Nous arrivons à la SP1 et Christophe me propose de partir devant et je perds un peu de temps dans la grimpette qui précède l'arrivée ; un pilote est resté coincé et la sanction est la même pour Christophe et Philippe.

Dans les chemins qui suivent, j'essaie de suivre Christophe et Philippe mais le rythme est trop soutenu ; les deux lascars avionnent... Nous pointons au CH1 avec une dizaine de minutes d'avance et ravitaillons.

Le CH2 (1h30) est constitué de chemins très rapides. Il faut rejoindre Les Mazures et il y a des kilomètres à parcourir. Nous bordons des forêts sur des chemins magnifiques avant d'arriver à la zone industrielle où nous avons choisi de ne pas ravitailler.

Dans la SP2, Christophe part devant tandis que je rattache la boucle arrière de mon cadre avec des colsons ; j'ai en effet perdu une vis ! Promis, je les freine au Loctite ! Philippe part devant et je termine dans sa roue.

Nous arrivons à la SP3 où Philippe donne sa sacoche banane à une jeune femme à qui il promet un baiser ; le bougre s'exécute au début de la SP4 !

En fin de CH3 (1h45), je croise Christophe tombé en panne sèche à 200m d'un karting. Une bonne âme le dépanne de quatre litres mais la moto a avalé des cochonneries de fin de réservoir et pisse de l'essence.

La SP3 durant le repérage : un terrain très meuble

La SP3 durant le repérage : un terrain très meuble

C'est la spéciale 4 de Fontaine-Maubert. Philippe part juste devant moi... et cale juste derrière la bascule. Je démarre, passe la cellule quand un commissaire me demande de stopper ; je suis trois mètres après la cellule mais Philippe, qui est derrière la bascule, n'arrive pas à redémarrer ! Je demande à reprendre le départ mais on me le refuse. J'y laisse une dizaine de secondes minimum ! Je passe les troncs, les traverses, les pneus et attaque l'ancienne voie ferrée. Une grimpette en dévers bien annoncée (merci les bénévoles !), Plus loin, un virage à gauche, une grimpette, un virage à droite et... je me fais un énorme tout droit ! Philippe en profite pour me passer. Sur la fin de la spéciale, je reviens un peu dans sa roue dans le bosquet ; dans le ruisseau qui annonce la fin de la spéciale, Philippe avionne... et se couche sur la cassure, 20 mètres avant la fin ! Je le passe pour terminer juste devant. Comme on a 30 minutes (spéciale comprise) pour rejoindre l'auvent, c'est cool !

Lorsque nous finissons notre premier tour, on retrouve Christophe sous l'auvent Azimut ; il est tombé en panne sèche après le CH2 Il a réussi à récupérer 4 litres au karting mais sa moto perd de l'essence ; quelques tapotements sur la cuve n'y feront rien ; en vidant le réservoir, le carburateur a avalé des cochonneries et il pisse de l'essence. Ne voulant pas rester coincé au fin fond de la forêt des Ardennes, il décide de rejoindre l'auvent Azimut par la route.

Christophe, qui a connu Moto Verte en noir et blanc (si, si !!!) évoque même "Le sanglier des Ardennes" et Guillaume de la Marck qui inspira le film avec Quentin Durward.

Enduro 4 : Rocroi

Nous repartons avec Philippe pour 1h15 et arrivons à la SP1 dans laquelle je passe Philippe, couché dans un dévers. Bad day for the president... Et ce n'est pas fini !

Dans les chemins, la 300 KTM présidentielle est impossible à suivre ; je roule sagement pour terminer la course avec un unique objectif, pointer à zéro. Je rattrape Philippe qui a un coup de mou dans les bourbiers.

Il nous reste 20 minutes de course lorsque nous attaquons la dernière spéciale (la SP4 de Fontaine-Maubert) ; je pars devant. Cette fois-ci, je saute bien à plat la bascule. Ce ne sera pas le cas de Philippe qui parti en première (!!!???) donne un coup de gaz et se retourne. Sonné avec un violente douleur à la cheville, il se relève et termine la course tant bien que mal.

Lorsque nous passons la ligne, pas de nouvelle de Joël. Il arrivera un peu plus tard, tracté par... Marc VDD, marshall d'un jour. Olivier, encoure gêné par sa fracture, a terminé un tour mais a sagement abandonné. André arrive ensuite souriant comme à l'habitude ; on apprend ensuite que son copain belge Xavier s'est fracturé la cheville.

Les résultats tombent très vite et chacun peut y trouver sa dose de satisfaction... ou de frustration.

227 inscrits en ligue 2 : 167 à l'arrivée.

Reste un superbe enduro où nous avons roulé notre compte (203 km) ; le moto club peut se targuer d'offrir un tel panel de chemins variés, techniques, roulants et quatre spéciales différentes. Alors, en deux mots pour conclure : BRAVO ! MERCI !

Vincent SENOCQ

Les résultats des pilotes des Flandres

Les résultats des pilotes des Flandres

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Vincent S 01/06/2014 10:52

Z'avez vu comment discrètement notre président décharge ses résultats pitoyablessur sa (mauvaise ?) moto.
Sûr que Condé, Rocroi et Buzancy (3/3) ne sont pas des enduros tracés pour une 300 2t raide neuve...
Et après ça, c'est Pierre que l'on nomme M. EXCUSES !!! Je ne veux pas semer la zizanie dans la chambre Pierre-Philippe WACLERCQ mais ça mérite bien quelques commentaires !

Vincent

Fifi dit Le boiteux 01/06/2014 10:47

Bravo Vincent encore pour ce sympathique récit.....et pour tes perfs . Comme dans une pub d'assurance connue....." je t'aurai un jour...je t'aurai".......j'ai hâte de retrouver les grandes et larges spéciales de la Normandie....pour que le 300 2T s'expriment à pleins poumons.


De mon coté, je pense avoir gagné le concours du plus "haut" saut de la spéciale "Bascule"...... je l'ai quand même fini ( la spéciale et l'enduro) le couteau entre les dents et malgré l'interdiction des secouristes qui voulaient que je rentre par la route.

J 'ai donc fini mal classé....mais fini quand même.....ce n'est pas comme un certain pilote d'azimut de St amand les eaux ( qui roulait pourtant très bien , avec un bon rythme ) , qui tombe en panne d'essence près d'un karting ( le chanceux) ....et qui n'a pas la volonté de finir.....de peur de se retrouver en panne dans les bois !!!! A son âge, il a encore du grand méchant loup !!!!! Dommage.

Bises à tous.....Philippe, le "boiteux"